Physiotherapy
 
 

LA RÉEDUCATION POSTURALE GLOBALE

Informations complémentaires, photos prises du site officiel de la RPG

Dans la vie, que ce soit à la gym en primaire ou en humanité, ou lorsque vous êtes allés chez le médecin du sport, le kiné, ou peut-être chez l’orthopédiste, on vous a déjà sûrement fait la remarque :
« Ah mais ça, c’est parce que tu n’es pas assez souple ! »,
« C’est simple, tu as un problème de raideur de la chaîne postérieure/antérieure ».
Ok, merci pour l’info. Mais ça m’avance à quoi ? Et concrètement, ça veut dire quoi ?
Par le biais de ce petit article, je vais tenter de vous expliquer de quoi il s’agit.

 

Vous n’êtes pas sans savoir que le corps humain est grosso-modo un ensemble d’os et de muscles, d’articulations, de viscères et de nerfs. Ok, jusque-là, je pense n’avoir perdu personne.

Ici, on va se concentrer plus particulièrement sur les muscles.   
Les muscles sont liés aux os par des tendons, et ont, entre autres, deux composantes très importantes :

  • L’élasticité

  • La tonicité

Pour qu’un muscle soit en bonne forme, il faut un équilibre entre les deux composantes.
Le muscle doit être à la fois élastique et à la fois tonique, car un muscle trop tonique est souvent trop court, et un muscle trop élastique ne remplira pas correctement sa fonction.  

 

Vous n’êtes pas sans savoir non plus que le corps évolue chaque jour différemment, en fonction de l’âge qu’on a, en fonction des activités qu’on pratique tous les jours.
Chaque personne est différente, et évolue différemment.

 

Pendant la croissance, les os grandissent plus vite que les muscles, et le corps doit s’adapter.
Grâce à l’élasticité des muscles, ils parviennent petit à petit à s’étirer et à gagner en longueur pour devenir proportionnels aux os. Ils créent également de nouvelles fibres musculaires qui leurs permettent d’être plus grands. (Ils sont forts ces muscles, hein ?)

 

Les muscles sont très forts, mais les muscles sont aussi très fainéants. En effet, par souci d’ergonomie (et oui, on en revient souvent à l’ergonomie), un muscle qui peut ne pas travailler, ne travaillera pas.
À la place, il va se rétracter et forcer son voisin à faire le boulot à sa place.

 

Prenons un exemple concret qui parlera à tout le monde. Essayez d’observer la position de votre tête lorsque vous lisez le dernier message que vous avez reçu sur votre GSM. Vous avez la tête en avant, avec le menton vers l’arrière, les yeux rivés sur l’écran. Cette position est la position de raccourcissement des muscles antérieurs du cou. À les mettre souvent dans cette position, ces muscles vont devenir fainéants et vont se raccourcir.

Dans notre cas ici, imaginons que les muscles antérieurs du cou sont rétractés…                                                                                
Ça ne va pas nous aider à regarder devant nous !
Du coup, ce sont des muscles à l’arrière de la nuque qui vont devoir compenser pour permettre de regarder devant soi
(et de garder la tête sur les épaules, accessoirement…).
On obtient alors, avec le temps et l’aide de la gravité, une morphologie avec la tête vers l’avant et une nuque « tassée ».

 


Je vous laisse imaginer d’autres exemples, sur base des schémas-ci dessous, qui montrent la chaine postérieure (A) et la chaine antérieure (B).

  • Est-ce que vous passez la plupart de votre temps assis à votre bureau ?

  • Est-ce que vous passez le plus clair de votre temps debout, statique ?

  • Est-ce que vous pratiquez régulièrement un sport qui demande une répétition d’un même mouvement, ou en tout cas, qui renforce plus un côté de votre corps ?

Alors tant que le voisin arrive à compenser le boulot, on n’y voit pas vraiment de problème.
Oui mais, le voisin compense le voisin qui compense le voisin… Qui n’arrive pas à compenser, lui.
Et c’est là qu’on commence à avoir mal.           

Lorsqu’on reste souvent dans la même position, on entraine des rétractions et des compensations.
Si l’on ne retourne pas à l’origine des rétractions, pour trouver « le premier fainéant », on ne soignera que le maillon faible de la chaine, et pas l’origine exacte de la douleur.

 

Le but de la RPG est de réussir à retrouver un équilibre musculaire et à supprimer ces compensations, pour retourner à l’origine des rétractions et permettre au corps de fonctionner correctement, aussi bien en mouvement qu’en statique. Philippe Souchard, créateur de la méthode, tente de redonner à chaque groupe musculaire son élasticité. Vous vous en doutez, c’est une technique qui prend du temps, car toute rétraction installée ne se laisse pas faire du premier coup. Il faut être patient.  


Pour plus d’infos et références : https://www.kine-rpg.be/

Child Physiotherapy

Eiken Place

Esdoornenlaan 71
3090 Overijse
Belgium

 

Si vous désirez me contacter, vous pouvez le faire

Infos pratiques